Orgue et cinéma muet

Un concept unique ...

spectateur dans l'église devant l'écran
Un festival original pour une cité originale !
Plaisance du Gers s’enorgueillit de posséder deux salles de cinéma. L'une est historique, elle date de 1930 et possède encore tous ses charmes: le Central Cinéma, l'autre est moderne et bénéficie d'une activité permanente, le Cinéma Europe. Plaisance du Gers est également dotée d'un orgue monumental.
Une situation exceptionnelle qui a fait germer l’idée d’un festival exceptionnel !

À l'époque du Cinéma Muet, de nombreux musiciens de talent écrivaient ou improvisaient de la musique pour accompagner les films.
Parmi ces musiciens, des organistes se mettaient aux claviers des orgues mythiques du Gaumont Palace, du Rex et bien d'autres salles encore, ou tout simplement au clavier d'un piano situé au pied de l'écran.


S'il n'y a plus d'orgues aujourd'hui dans les salles de cinéma françaises, les technologies contemporaines permettent d'installer un projecteur et un grand écran à proximité d'orgues capables de servir ce répertoire. C'est le cas de l'orgue de Plaisance du Gers dont le positionnement au sol, près des auditeurs, favorise le lien avec le public. L'espace d'un soir, l'église est aménagée avec une cabine de projection et un grand écran de huit mètres !


Et pour que la fête soit complète, les deux autres salles de cinéma accueillent des projections de films accompagnés au piano et au bandonéon ainsi que des animations sur le thème du cinéma muet !

Festival orgue et cinéma muet 2017

Suite au succès des deux précédentes éditions (2015 et 2016), le Festival Ciné Muet de Plaisance 2017 consacrera ses deux premières journées à la mise en regard de deux genres très caractéristiques de l'époque du cinéma muet : le cinéma américain / le cinéma russe.

Les séances du vendredi 29 septembre seront dédiées à deux chefs-d'oeuvre d'Harold Lloyd tournés aux Etats Unis en 1920 et 1921.
Le beau programme que nous vous proposons donne un éventail assez complet des talents variés de l’homme aux lunettes d’écaille.

A l'opposé du film américain de divertissement, le cinéma russe qui suit la révolution de 1917 (dont on célèbre actuellement le centenaire) est empreint d'idéalisme politique servi par un sens esthétique très soutenu.
Le samedi 30 septembre, nous présenterons deux films remarquables de cette période.

Dimanche 1° octobre, conformément à une tradition bien établie maintenant, l'organiste Samuel Liégeon
qui accompagnera la veille au soir la projection du Cuirassé Potemkine, aura carte blanche pour donner un récital d'orgue destiné à clôturer le festival en recourant à toutes les richesses sonores de notre grand orgue.

20h30 - Au cinéma Europe


Deux chefs-d'oeuvre d'Harold Lloyd :
Oh, la belle voiture (Get out and get under)
Voyage au paradis (Never weaken).

Films muets accompagnés en direct au piano

Pianiste : Hakim Bentchouala-Golobitch

17h00 - Au Cinéma Europe

Un débris de l'empire

Film muet accompagné en direct au piano

Pianiste : Hakim Bentchouala-Golobitch

20h30 - Eglise de Plaisance du Gers

Le cuirassé Potemkine

Film muet projeté sur écran géant et accompagné en direct à l'orgue

Organiste : Samuel Liégeon

17h00 - Eglise de Plaisance du Gers

Grand récital d'orgue

Organiste : Samuel Liégeon

TARIFS :
  • Chaque ciné-concert : 15 euros,
  • Le récital d'orgue : 12 euros,
  • Pass personnel pour l'ensemble des quatre manifestations du festival : 40 euros
  • Pass couple pour l'ensemble des manifestations : 70 euros,
  • Pass jeune pour l'ensemble des manifestations (moins de 20 ans) : 30 euros.

Oh, la belle voiture (Get out and get under)
et Voyage au paradis (Never weaken)


A travers ces deux courts métrages, sommets du burlesque, Harold Lloyd incarne un personnage loufoque et casse-cou, une sorte de roi de la poursuite et du gag.
Le prétexte est toujours le même : séduire la belle Mildred. Mais avec son innocence romantique, Harold se retrouve dans des situations toutes aussi cocasses et absurdes.


Dans Oh, la belle voiture !, il se bat contre une automobile rétive et folle.


Dans Voyage au paradis, Harold rate son suicide sans le savoir et, se croyant au paradis, finit par escalader un gratte-ciel en construction.


Véritable génie du burlesque, le comique Harold Lloyd n’a pas toujours bénéficié de l’aura de ses concurrents les plus directs, Charlie Chaplin et Buster Keaton. Sans doute parce que la star du muet se souciait moins des histoires contées que de l’efficacité de ses gags. Ses nombreux courts métrages sont ainsi des mines de situations cocasses, parfois à la lisière de l’absurde.


Ces deux films seront accompagnés en direct au piano par le grand pianiste Hakim Bentchouala-Golobitch qui viendra spécialement de Barcelona.

Un débris de l'empire


Film muet de fiction écrit et réalisé par Friedrich Ermler en 1929 sera accompagné au Cinéma Europe, en direct au piano par Hakim Bentchouala-Golobitch. Le scénario est basé sur l'essai Invité de l'au-delà de Nikolaï Pogodine. Une rareté de l’âge d’or du cinéma soviétique muet, d’une grande virtuosité formelle, par un réalisateur à découvrir ou à redécouvrir.
A travers la figure d'un personnage qui perd momentanément la mémoire, ce film relate les changements survenus à la suite de la Révolution d'Octobre 1917.


Un débris de l’empire est certes une œuvre de propagande répondant aux canons du réalisme socialiste. Pourtant, Ermler s’autorise des digressions oniriques que n’auraient pas reniées Lynch ou Buñuel et n’occulte pas toute velléité critique, notamment dans la description des nouveaux bureaucrates guère plus accommodants que les tenants du pouvoir sous l’ère tsariste.


Mais c’est surtout le montage qui impressionne. Plus de quatre-vingts ans après sa réalisation, la séquence du maniement d’outils sur une chaîne de production n’a rien à envier aux prouesses de Dziga Vertov présenté lors de notre précédent festival (2016) à travers son chef d'oeuvre : L'homme à la caméra.


Le film sera accompagné en direct au piano par le grand pianiste Hakim Bentchouala-Golobitch qui viendra spécialement de Barcelona.

Le Cuirassé Potemkine


Rarement présenté en projection sur grand écran. Et pourtant il s'agit d'un film où l'esthétique des plans est... révolutionnaire ! C'est pourquoi nous avons décidé de le projeter le samedi soir dans l'église, sur notre écran géant et d'en accompagner le déroulement à l'orgue par un spécialiste, l'organiste Samuel Liégeon de Paris.


La révolte de l'équipage du cuirassé Potemkine le 27 Juin 1905, pendant la Révolution russe de 1905, est présentée comme précurseur de la révolution d'Octobre 1917. En effet, le cuirassé reproduit, dans le microcosme de son équipage, les clivages de la société russe et ses inégalités. L’une des causes de la mutinerie est la question de la nourriture. Les officiers, présentés comme cyniques et cruels, contraignent l’équipage à consommer de la viande pourrie, alors qu’eux-mêmes maintiennent un train de vie privilégié parmi l’équipage.


Réalisé en 1925, par Sergueï Eisenstein, Le Cuirassé Potemkine a été désigné à plusieurs reprises comme le plus grand film au monde. Au fil de l'incroyable quatrième acte - les escaliers d'Odessa, la panique collective qui culmine avec la célèbre séquence où un landau dévale les marches une à une tandis que les cosaques tirent dans la foule -, on découvre avec surprise à quel point Le Cuirassé Potemkine est la matrice d'un cinéma d'avant-garde dont le montage a imprégné jusqu'au cinéma hollywoodien. L'effet n'y est jamais gratuit, mais toujours au service du récit.


Le film sera projeté sur écran géant et accompagné en direct à l'orgue par l'organiste Samuel Liégeon.

portrait de Hakim BENTCHOUALA-GOLOBITCH

Le pianiste Hakim BENTCHOUALA-GOLOBITCH :


Né à Alger, il obtient la médaille d’or de piano au Conservatoire de Toulouse avec Françoise Thinat puis travaille à Paris avec Yvonne Loriod et Gabriella Torma et à New York avec Constance Keene.


Lauréat de grands concours internationaux, Hakim est invité par de nombreux festivals en France et à l’étranger pour des concerts et master-class (Asie, USA, Amérique Centrale, Amérique du Sud).


Depuis Barcelona où il vit, Hakim Bentchouala-Golobitch poursuit une carrière internationale très diverse. En effet, parallèlement à l'interprétation d'oeuvres du répertoire, Hakim compose et interprète des partitions originales d'une quarantaine de films muets.


Invité par deux fois déjà à Plaisance du Gers, il a impressionné par ses accompagnements intenses de films aussi variés que l'Atalante, La Nouvelle Babylone ou Safety Last. C'est avec plaisir que nous l'accueillons à nouveau.

Portrait de Samuel Liégeon

L'Organiste Samuel Liégeon :


lauréat de sept premiers prix au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris où il a suivi les classes d'improvisation à l’orgue et au piano, d'écriture, d'analyse et d 'orchestration.


En 2009, à l’âge de 24 ans, il est nommé organiste titulaire du grand orgue construit par Daniel Birouste en l’église Saint Pierre de Chaillot à Paris. Lauréat de nombreux concours internationaux d'improvisation et d'interprétation, il est nommé en 2012 «jeune artiste en résidence» à la cathédrale Saint-Louis Roi de France de La Nouvelle-Orléans, pour une période de six mois.


Il est régulièrement invité en Europe et aux Etats Unis où il se produit aussi bien en soliste, en musique de chambre ou avec orchestre. Passionné par l’improvisation et la composition musicale, il s’est fait entendre au piano et à l’orgue dans le cadre d’émissions de radio qui lui sont consacrées ou encore au cinéma avec lequel il collabore régulièrement pour l’accompagnement de films muets.

Festival orgue et cinéma muet 2016

15h00 - Au cinéma Europe

Film muet accompagné en direct au piano

Pianiste : Hakim Bentchouala-Golobitch
(séance pour les scolaires)

20h30 - Au cinéma Europe

Film Safety last avec Harold Lloyd (1923) accompagné en direct au piano

Pianiste : Hakim Bentchouala-Golobitch

11h00 - Au cinéma Europe

Rencontre avec Henri-Franck Beaupérin et Hakim Bentchouala-Golobitch "L’art de l’accompagnement des films muets avec exemples en direct"

16h00 - Au cinéma Europe

Ciné/piano La Nouvelle Babylone

Pianiste : Hakim Bentchouala-Golobitch

20h00 - Eglise de Plaisance du Gers

Ciné/Orgue L’homme à la caméra

Orgue : Henri-Franck Beaupérin

16h00 - Eglise de Plaisance du Gers

Récital d’orgue : autour des compositeurs russes pour le cinéma

Orgue : Henri-Franck Beaupérin

image extraite du film muet Safety Last

Safety last :
Harold vient à Los Angeles pour faire fortune, il survit grâce à des petits boulots. Il a menti à sa fiancée sur sa situation financière réelle... Afin de toucher l’argent dont il a besoin pour se marier, il propose une opération de promotion pour laquelle il pense utiliser les talents d’un ami. Mais c’est Harold qui doit se lancer dans l’ascension de l’immeuble en s’aidant uniquement des aspérités du décor. Au dernier étage, arrivé sur la corniche, il est assommé par une girouette et tombe... mais il s’en sortira et fera honneur à sa fiancée !

image extraite du film muet la nouvelle babylone

La Nouvelle Babylone : Film muet de Grigori Kozintsev et Leonid Trauberg, réalisé en 1929. Au début de la révolution industrielle, en 1871, alors que la Commune de Paris est violemment réprimée par l’armée, une histoire d’amour se tisse entre Jean, un jeune soldat, et Louise, jeune vendeuse communarde du grand magasin « La Nouvelle Babylone ».

image extraite du film muet l'homme à la caméra

L’homme à la caméra : Sorti sur les écrans en 1929, c’est le dernier film muet de Dziga Vertov et la synthèse de ses travaux des années 1920. Ce film a pour décor Moscou, Kiev et Odessa et frappe par sa virtuosité. Devenu le symbole de l’avant-garde cinématographique, Vertov est marginalisé au cours des années 1930. Les années 1960 le consacrent cependant comme une référence majeure du cinéma moderne et font de L’Homme à la caméra un véritable film culte.

portrait de Hakim BENTCHOUALA-GOLOBITCH

Hakim BENTCHOUALA-GOLOBITCH :
Né à Alger, il obtient la médaille d’or de piano au Conservatoire de Toulouse avec Françoise Thinat. A Paris il travaille avec Yvonne Loriod et Gabriella Torma et à New York avec Constance Keene. Diplômé de concours internationaux. Hakim Bentchouala-Golobitch est l’invité de nombreux festivals en France et à l’étranger pour des concerts et master-class. Il compose et interprète une quarantaine de films muets avec des partitions originales. Musicien aux multiples talents, le tango argentin entre dans sa vie et il entame également une carrière de “pianiste-comédien”, à la fois acteur et pianiste.

portrait de Henri-Franck BEAUPÉRIN

Henri-Franck BEAUPÉRIN :
Lauréat des grands concours internationaux (Tokyo, Budapest, Lahti et Paris), organiste titulaire de la cathédrale d'Angers. Grand improvisateur, il fut l'un des jeunes organistes les plus appréciés, avec Michel Bourcier et Marc Chiron, lors du Festival International d'Ars Organorum à Plaisance du Gers 1988-2003. Pédagogue reconnu, il a également réalisé de nombreuses transcriptions pour orgue, notamment Prélude, Choral et Fugue de César Franck ou L’Anneau de Salomon de Jean-Louis Florentz. Grand concertiste, il se produit régulièrement en Europe, en Asie et en Amérique.

Festival orgue et cinéma muet 2015

21h00 - Au Central cinéma

Ma fille est somnambule de Hal Roach (1920)
Malec joue au golf de Buster Keaton (1920)
Charlot musicien de Charlie Chaplin (1916)

Trois chefs d’œuvre accompagnés par Gregory Daltin à l’accordéon et au bandonéon.

17h00 - Au cinéma Europe

CHARLOT FESTIVAL

accompagné par Grégory Daltin à l’accordéon et au bandonéon.

21h00 - Eglise de Plaisance du Gers

Projection du film La passion de Jeanne d’Arc de Carl Theodor Dreyer,

accompagné à l’orgue par Marc Chiron.

17h00 - Eglise de Plaisance du Gers

Récital d’orgue par Virgil Monin

La musique d’orgue à l’époque du cinéma muet.

Ma fille est somnambule :
Un jeune médecin reçoit la visite d'un père et de sa fille qui souffre de somnambulisme. Le père, peu convaincu par le médecin, met rapidement fin à la consultation. Le médecin retrouve un collègue et partage quelques verres avec lui, en pleine période de prohibition. Ils attirent l'attention d'un policier qui n'aura de cesse de les poursuivre. De retour à son hôtel, le médecin découvre que la jeune somnambule y réside aussi. Il interviendra lors d'une crise de somnambulisme, la suivant jusque sur le toit de l'hôtel…


Malec joue au golf :
Malec joue au golf et égare sa balle. Il est alors pris par erreur pour un évadé de la prison voisine. Se succèdent des situations assez pittoresques où le héros affronte toujours l’adversité avec un flegme inébranlable. Buster Keaton joue beaucoup avec l’absurde pour créer des gags inventifs qui rebondissent de l’un à l’autre.


image tirée du film Charlot musicien

Charlot musicien :
Un violoniste sans le sou s’éprend d’une jeune gitane. Alors qu’un peintre réalise son portrait, Charlie croit que celui-ci est amoureux d’elle et que ce sentiment est réciproque. Grâce à cette peinture, une femme riche et bien établie reconnaît sa fille et la convainc de revenir auprès d’elle. Charlie pense alors que l’élue de son coeur l’a quitté pour un autre.

image tirée du film Charlot patine

Charlot patine :
est un véritable festival de course poursuite chorégraphique. On a beaucoup comparé les films de Chaplin à des ballets. Des ballets fantaisistes où le comique du jeu d’acteur est hérité du mime, du théâtre et du sketch à travers les mimiques, les jeux de passe-passe entre la cuisine et la salle du restaurant, les portes battantes. Mais également un comique de situation lors du quiproquo à multiples rebondissements à la patinoire. La grande force du comique chez Chaplin, c'est son économie de moyens, son côté corrosif et directement percutant, ayant trait à l'alimentaire, au scatologique, et au sexuel. Un comique efficace et efficient.

image tirée du film L'émigrant

L'émigrant :
constitue un nouveau point de bascule où le comique ne prendra désormais plus appui que sur des situations tragiques. Évolution donc, du comique et du divertissement à une dimension sociale, tragi-comique. Charlot, c’est un antihéros, un "héros de l’inadaptation à la vie civilisée", selon la formule d’Epstein. C'est sans doute pour cela que nous avons tant besoin de lui aujourd’hui, que nous soyons adaptés, sur-adaptés, sous-adaptés ou inadaptés. Il console tout en dotant d’une force de contestation. Il fait l’éloge de la marginalité tout en occupant le centre de l’écran. Alors oui, chacun est sans doute un peu "débiteur" de Charlot.

image tirée du film Charlot policeman

Charlot policeman :
peut être considéré comme le chef d’œuvre à dimension satirique et caricaturale préfigurant Le Dictateur (The Great Dictator, 1939-1940). C'est une œuvre qui fait date car elle illustre le passage des "films-ballets" aux "satires sociales". Les scènes de combat qui se déroulent dans Easy Street font preuve d’un art précis, organisé en alternance, d’un groupe à l’autre, de part et d’autre de la rue. Ce procédé d’alternance se retrouve d'ailleurs dans le montage. Enfin, la course poursuite de Charlot par celui qui terrorise tout Easy Street constitue une véritable scène d’anthologie. C'est à chaque fois par la ruse et la facétie que Charlot réussit à se sauver des situations les plus périlleuses.

image tirée du film La Passion de Jeanne d’Arc

La Passion de Jeanne d’Arc, chef d’œuvre du cinéma muet : En 1926, Dreyer s’installe à Paris, alors laboratoire du cinéma européen, pour tourner un film sur Jeanne d’Arc. Son film ne sera pas un film en costumes, historique et figé. Le procès est relaté sur une journée. Chaque plan tourné dans l'ordre chronologique. Les acteurs ne se griment pas, Dreyer préférant la nudité naturelle des visages qui, seule, peut exprimer les sentiments des hommes. Jeanne est incarnée par Renée Falconetti, dont le visage illuminé impressionne des générations de cinéphiles. Dernier film muet du cinéaste, censuré lors de sa sortie en 1928, puis détruit par les flammes à deux reprises, ce film entre dans la légende des chefs d’œuvre maudits du 7e Art. Ce n’est qu’en 1981 que l'on retrouvera un double du négatif original du film, oublié dans un hôpital psychiatrique d’Oslo… « Je suis cinéaste et je mourrai cinéaste. » (Carl Theodor Dreyer)
Film de 35mm projeté dans l'église sur grand écran de huit mètres !

portrait de Grégory DALTIN

Grégory DALTIN :
Spécialiste de l'accordéon et du bandonéon est soliste et professeur au conservatoire de Toulouse. Il intervient dans des programmations de musique classique, contemporaine, jazz ou musiques improvisées. Grégory Daltin a collaboré avec l'Orchestre National du Capitole de Toulouse, l’Ensemble de musique contemporaine Pythagore, l'Orchestre de la Cité d’Ingres, l'Orchestre de chambre de Toulouse… Grégory Daltin improvise régulièrement à la Cinémathèque Nationale de Toulouse ainsi que dans différents festivals de cinéma. En 2013, il enregistre avec le violoniste Simon Milone un disque de créations pour Accordéon et Violon. La même année, il crée son propre trio avec Julien Duthu à la contrebasse et Sébastien Gisbert aux percussions. En 2014, il assure en tant qu’arrangeur et conseiller musical le spectacle d’ouverture de la nouvelle scène nationale d’Albi. Grégory Daltin a déjà donné à Plaisance-du-Gers un récital inoubliable avec Marc Chiron à l'orgue.

portrait de Virgile Monin

Virgile MONIN :
Effectue ses études aux conservatoires de Nantes (classe d’orgue de Michel Bourcier) et de Saint-Maur-des-Fossés (classe d’improvisation de Pierre Pincemaille). Lauréat du concours international d’orgue de Toulouse, du Grand Prix d’Orgue Jean-Louis Florentz de l’Académie des Beaux-Arts, Virgile Monin, un des fleurons de la jeune génération, est l’auteur de transcriptions pour orgue.

Extrait de la projection du film Ma fille est somnambule

Extrait de la projection du film La passion de Jeanne d'Arc